• Norway, surfing and mountaineering above the Arctic Circle

Norway, surfing and mountaineering above the Arctic Circle, march and April 2010, by Léa Brassy.

This is a true story which happened not a long time ago, in northern Norway, above the Arctic Circle. It's late February and two keen surfers are gonna spend two month in their tiny van, searching for waves to ride and mountains to climb. I am one of them and I will tell you what we found and what I felt discovering the white world...

Copenhagen airport, the message says “I'm gonna be (very) late”. Vincent is waiting for me but he doesn't mind, time is no longer an enemy, we've got plenty. The van I drive from France all the way to the Great North is full of toys: surfboards, crampons, ice axes, wetsuits, tent... direction the Lofoten Islands, our first stop.

Proudly raising above the ocean, the white mountains of the Lofoten seam to have begun a long walk through the water. Blue and white dominate the scenery, snow is everywhere where water isn't, giving a deep feeling of virginity. In that infinity of fjords, a little bay named Unstad has been discovered about ten years ago by an American. As it's very high in the latitudes, I'm very surprised to meet some keen surfers who brave the winter for a ride. Viking blood. The water is light green and all around is just white. Waves aren't big but nice and glassy, enough to make us feeling this is the right place to be. Surfing above the Arctic Circle makes sense, it's something special in a surfer's life.

Wearing crampons and using ice axes isn't quite as easy as it appears. My first experience occurs in Unstad while we're waiting for the swell to show up. A small river in summer makes a wide ice fall in winter and that's our playground. We look for them all the time along the roads and on faces of mountains. We decide to head up north, to Hammerfest, nearly at the North Cape of Norway. We're welcomed by a couple of Norwegian friends who introduce us to the local activities and food. Lots of snow scooter and mainly cod fish. The weather remains bad our entire stay, there is more and more snow so we decide to move on to another plan. We reach the isolated Ingoya island, west of the North Cape, where 24 inhabitants live out of fishing. On his fishing experience a few weeks earlier, Vincent had spotted a right hander slab. We surfed it, quite scary, the lip was doubling up and the water was marine blue, giving the session a stressing atmosphere. Surfing at 71 degree north.

The old rock band Morphine was our addiction on the road but we have to deal without it since the usb stick desapeared. Tom Waits is now playing non stop. Days are still quite short but I can see they get a little longer every day. In a month time, in April, they will reach 20 hours and in June, there will be no night! March and April are the good months to do the trip, snow and ice are excellent and waves are the most consistent of the year. Well, sleeping in the van remains being a mission, it's minus ten degrees!

On the way to the well known Lygen Alps, we spot a huge conic ice fall. I take a look in the binoculars to make sure it's ice. Our first trip is decided and the next morning we're brassing snow at waist high cause we've got no snowshoes neither skis! But coming up to the ice fall is worth the pain and I need some time to realise how amazing the place is. Overlooking the fjord, the massive curaçao blue ice fall is even bigger that expected. The ice is hard and the fall is steep, good practice for the beginner I am. We spend the next day climbing the monster. Impressed and full of very fresh air, after a long and cold night in the tent, it's time to go back to the van. The snow starts following down, making a thick layer of fresh powder all over the place. The Lyngen Alps are sharp mountains going from sea level up to 1500 meters high. It's pretty dangerous with all this snow and we have to wait. During that time, we drive to the Vesteralen, were the sun shines and go climbing our first couloir. At the top, 400 meters straight above the ocean, we spot an endless scenery of white peaks along the water. Northern lights show up as we make the camp and it's watching their slow dance that I fall asleep. Nothing can be compared to this magical happening.

The Lygen Alps clear up and it's time for a more serious project. We go on a three days trip to climb a 1469 meters high mountain called Forholttind. No informations, no route, it's both exciting and stressful. But the reward is even bigger when we reach the summit. My eyes are wet to be able to come up here, I'm very proud of what we accomplished. Once back at the car, we're welcomed by some locals for a warm meal. How can things match that well? We talk about our trip and the old couple look at us with shinning eyes and their message do not need any words. Tired of being cold for the past month or so, we ask to stay with a local family that we met the first time. For a few days we spend time playing with the kids and sharing the family life, the Norwegian lifestyle is definitely awesome.

Beginning of April, the swell forecasts are good and it's time for us to switch in a surfing mode. The mess of ice axes and ropes becomes a mess of surfboards and wetsuits. The sun is shinning in Unstad and a 4 to 5 foot swell sticks around for about a week. The water is still only 4 degrees but the weather is warmer and it's a bit easier. Waves are very good, the right hander point break is long, hollow and fast and there is only the two of us. Slowly the locals show up and we get to know this friendly community of surfers. In the water, screams can be heard when someone takes off on a good wave and there is lots of excitements when the set comes. You can only stay two hours, after what you get cold. But twice a day we put on the wet wetsuit to go back into the green water. The left hander is nothing flash but you can be told “When It works, it breaks from the garbage to the beach and I tell you, It's the best ride ever. Well, I've been surfing here for ten years and I've never seen it working myself.”. Every spot has got its own legend!

I smile when I think about the “before Norway” and all the people who thought I was crazy to go there in winter in a van, and especially for surfing and mountaineering. I smile because that trip might have been one of my best travelling experience. I tried to tell you all little about it but there is so much more I could have told. But It could be long and there is nothing better than going by yourself and dare what everyone else doesn't. Just dare and make your own vision of the world.


En français:
Norvège, surf et alpinisme au-dessus du cercle polaire arctique, mars et avril 2010 par Léa Brassy.

Aéroport de Copenhague, 23 février 2010, 13h30. Le message dit « j'aurai un peu (beaucoup) de retard ». Sous le charme de sa rencontre avec son héros, l'explorateur polaire Borge Ousland, Vincent se fiche pas mal du temps qu'il a à attendre dans ce lieu familier de sa vie d'électron libre. Le Vito vert sapin fait route vers le Grand Nord, chargé de planches de surf et de crampons, et c'est bien là le principal. Les deux compagnons de cordée s'apprêtent à partager deux mois dans un camion, entre mer et montagne, au-dessus du cercle polaire arctique, en Norvège.

Sur la route blanche et monotone de Suède, l'entrechoquement des broches à glace et les mélodies de Morphine se mêlent au ronronnement du moteur dans une ritournelle doucement addictive. Petit à petit les langues se délient et racontent des histoires de bouts du monde, faisant oublier les heures qui passent et les kilomètres de sapins qui défilent. Le temps est la clé de voute de notre voyage. Se donner le temps de la rencontre et de la découverte devient de plus en plus précieux. Nous faisons un pied de nez à ceux qui nous voudraient à l'école ou au travail, à oublier notre jeunesse sous des montagnes de tâches abstraites. A ces montagnes-là, nous préférons celles, pures, majestueuses et bien réelles, des îles Lofoten, notre première destination.

Fièrement dressées dans un clair de lune hésitant, les montagnes solitaires des Lofoten semblent avoir engagé un long périple vers le grand large. Peut-être leur nom, symbolisant pied de lynx, vient-il de là? Le paysage n'est que pureté infinie, la neige est partout où la mer n'est pas et c'est dans un camaïeu de bleu et de blanc que nous progressons sur la route serpentée. Dans cet atmosphère confinée, des infrastructures étonnantes de modernité relient intelligemment les fjords accidentés et nous sortent de nos rêveries pour nous rappeler que ce pays est autant riche en poissons qu'en pétrole.

La baie de Unstad a été découverte il y a une dizaine d'année par un surfeur américain en quête de solitude. Bien que haut perchée dans les latitudes, on y rencontre quelques spécimens bizarres, mi hommes mi cétacés, qui jouent dans les vagues. Il est vrai que par ces températures largement négatives et ces journées encore courtes d'hiver, je m'étais plus facilement imaginée une plage déserte. Soit, le sang viking est bien là, et il faut lui rendre hommage. La côte de maille ayant cédé sa place à l'armure de néoprène 6mm et la férocité des esprits à une sympathie incontestable. Le rituel de la mise à l'eau consiste en très peu d'observation et beaucoup d'action, afin de ne laisser aucune chance au doute de s'inviter. Le froid ne pardonne pas le moindre soupçon d'hésitation. Dans l'eau, les petites vagues vertes translucides et le paysage tout de blanc vêtu nous récompensent de l'effort fourni. Il semble que cet hiver soit peu consistant en houles, et ce dans l'ensemble de l'Europe. Majoritairement des houles courtes et éphémères de secteur nord, il y a de rares houles plus conséquentes de sud-ouest qui alimentent les pointes de rochers où déferlent des vagues de meilleure qualité que sur la plage. Au cours du voyage, nous gardons un œil attentif aux prévisions pour saisir la bonne fenêtre météo. Il faut dire qu'elle a de quoi se faire désirer, la droite creuse et rapide de Unstad. Elle offre de jolis tubes à qui sait s'y glisser et de belles sections creuses à aller chatouiller. Quelques jours de soleil et une houle d'1m50 bien rangée comblent notre vision enchantée de la vie à 68 degrés de latitude nord. De l'autre côté de la baie, la gauche est bien plus capricieuse, influencée par des bancs de sable pas toujours favorables. Cependant il paraitrait que parfois... « It goes from the garbage to the beach. Best ride ever! ». Peu de gens ont connu ce jour mais le mythe perdure!

Morphine a laissé place à Tom Waits dans l'habitacle du Vito. La cause, la clé USB a disparu et malgré l'acharnement de Vincent à éplucher tous les disquaires de la région à la recherche de sa drogue musicale, il demeure bredouille et dans sa frustration, il s'est retranché sur le non moins talentueux Tom Waits en achetant tous ses disques disponibles. Nous faisons beaucoup de kilomètres donc, pour découvrir l'artiste, et la route est l'occasion d'observer les montagnes. J'apprends petit à petit les termes techniques et je surprends Vincent à sourire lorsque je dis « y a du gaz là » en parlant d'une cascade de glace ou bien « elle est sharpy l'arrête » en parlant d'une montagne. L'excitation est comparable à celle de parcourir une côte sauvage où il y aurait des vagues vierges tout les kilomètres. Un tout nouveau monde s'offre à moi avec la montagne, plein de flocons scintillants et de paillettes de glace. Mes premiers ébats dans les cascades ont fait l'unanimité au sein de mes neurones, la surproduction d'endorphine a entraîné un embouteillage dans mes neurotransmetteurs: « quand est-ce qu'on recommence? », disaient-ils. Les montagnes chahutent avec les fjords dans des combinaisons infinies, nous laissant entrevoir des possibilités innombrables de plantage de piolets et de chants de pitons. Il nous faudra choisir et pour cela nous avons encore quelques heures jusqu'à Hammerfest, juste au-dessous du Cap Nord de la Norvège. Nous établissons une liste, très ambitieuse, de projets de grimpe.

Sur l'île de Seiland, près de Hammerfest, nos amis autochtones Mimie et Anthon nous initient aux activités locales, entre motoneige et plat de poisson; nous apprenons les us et coutumes des gens du nord. Nous mesurons l'écart entre notre jeunesse un brin tête brûlée et la droite prudence des gens d'ici. Mer et montagne sont rarement des amis et ils nous faudra faire avec les croyances de nos hôtes. De toutes manières, nos projets montagnes resteront insatisfaits car le temps n'est pas avec nous, il est tombé beaucoup beaucoup de neige pendant notre séjour. Quand les conditions ne se mettent pas en quatre, mieux vaut passer au plan B, enseignement retenu par les apprentis baroudeurs que nous sommes. Remerciement faits, nous voilà en route pour l'île d'Ingoya, à l'ouest du Cap Nord. Nous retrouvons l'île aux 24 habitants où Vincent avez pêché pendant quinze jours avant mon arrivée. Un caillou isolé à une heure de ferry de la ville. Activité principal, la pêche, et peut-être bientôt le surf, puisque nous avons donné des idées à quelques pêcheurs locaux qui ne nous ont pas trop pris au sérieux lorsque nous avons surfé une droite de rocher, un genre de slab, creux et puissants à l'eau bleu foncée et au paysage de bout du monde. Davantage pour le symbole, du surf à 71 degrés de latitude nord!

Un empressement commun nous pousse à reprendre le camion pour passer aux choses sérieuses. En route vers la région réputée des LyngenAlps, une cascade monstrueuse en forme de cône est cachée dans le renfoncement d'une falaise. « De la glace tu crois? », nous avons vu la même chose et peu de mots séparent la vision des premiers pas qui nous mènent au camp de base. Après avoir demandé la permission de garer notre camion chez un vieux bonhomme enivré de vin et de solitude et qui a absolument tenu à nous faire manger des steaks hachés douteux au petits-déjeuner, nous voilà en route, le ventre perturbé de cette extravagance matinale. Le norvégien rigole, se moque même, de nous savoir sans ski ni raquettes à travers la poudreuse. Dans un haussement d'épaules nous chassons les doutes qu'il essaie de nous refiler. La neige, en effet poudreuse à souhait, s'enfonce souvent jusqu'à mi-cuisse et nous donne du fil à retordre. Le souffle court et les mollets fumant, j'observe notre progression. Plus on prend de la hauteur et plus mes souffrances deviennent plaisir. Là-haut, nous sommes seuls au milieu du fjord et le monde d'en bas est un univers dont nous sommes déjà étrangers. Quelques coups de pelles et la tente est plantée, vue imprenable sur le fjord. Il fait grand beau, grand froid aussi. Accordés à aller voir la cascade pour ne s'y frotter que le lendemain, je me rend vite compte que mon binôme a pris son matos et qu'il ne compte pas rester en bas. Il a la tête dur celui-là! Au pied de la cascade, le froid est transperçant, le bleu curaçao éblouissant et mes quelques mots résonnent en écho. Il y a de quoi se faire les dents sur ce monstre de glace presque trop dure à cause de son exposition ombragée tout au long de la journée. La nuit est glaciale, peut-être y-a-t-il des aurores boréales, mais nous sommes si précautionneusement emmitouflés pour conserver la chaleur de nos corps, qu'il n'est pas question de bouger.

A la vitesse à laquelle chaque chose reprend sa place dans le camion, on observe que la cordée commence à être bien réglée. Cette première a été un succès, pas trop froid, bonne répartition du poids et du matos, bonne routine, bonne dynamique, nous voilà opérationnels pour les LygenAlps, région réputée pour ces hautes montagnes dominant les fjords. C'est sans compter la neige qui tombe en abondance. Le jour le moins pire nous nous attaquons à une étroite voix de glace serpentant dans une petite montagne. Elle était en réalité bien trop raide pour mon niveau de débutante et il a fallu faire demi-tour. Quelques jours à boire du chocolat chaud, à s'affronter à la bataille corse et à écouter en boucle les playlists de l'Ipod. Décision est prise de ne pas languir plus longtemps, nous reviendrons avec le beau temps. Route donc vers le Sud, vers les Vesteralen. « Le rêve serait d'escalader une montagne au bord de la mer en observant les aurores boréales ». Au moment d'imaginer ce voyage, trop de choses dans cette phrase prononcé par Vincent représentaient l'inconnu pour que je ne puisse m'en représenter l'image. La magie a donc opéré par surprise. Lentement, précautionneusement, nous avons gravit cette montagne du nom de Matind, laissant de plus en plus loin la vision de cette baie à l'eau turquoise, et découvrant à chaque pas davantage de pics enneigés autour de nous. Premier sommet, 400 petits mètres au-dessus de l'océan, 400 mètres et pourtant tellement haut dans la pureté du moment. L'appareil photo est récalcitrant à immortaliser ce moment, attention à ne jamais oublier toute la beauté de la démarche qui nous amène jusque là. Il y a tellement de manières différentes de voir la beauté du monde, et celle-ci compte parmi les plus nobles. Pas une information, pas une trace devant nous. Derrière nous, seulement nos empreintes à peine un bout de cordine. « Take only a picture, leave only a footprint » comme le dit si bien le dicton néo-zélandais. Une fois le camp installé et après un repas chaud, nous tirons les matelas hors de la tente pour laisser dépasser nos têtes. Des poussières d'aurores vaporisent le ciel d'une poudre verte qui danse lentement comme pour nous endormir. Bientôt elle y parvient, après avoir rempli nos cœurs d'une paix immense.

A la redescente, Vincent repère une amas de neige idéal pour y creuser une cuve. Le lendemain il m'y amène passer la soirée. Une vraie cabane de neige au bord de la plage est construite en deux heures et il y fait bon puisqu'il fait 0 degré alors que dehors, la température est largement négative! A la lumière d'une bougie orange, nous occupons le temps en apprenant à tricoter un bonnet orange, couleur de l'arctique. Le orange est devenu un vrai symbole depuis notre passage au-dessus du cercle polaire.

Le site météo norvégien yr.no se traduit par crachin.no, pas très encourageant sachant que nous attendons le soleil pour retourner aux LygenAlps. Il finit par se décider et nous voilà à nouveau en route. Cette fois-ci le projet est plus sérieux, une montagne nommée Forholttind, 1469m, qui nécessite une marche d'approche d'une journée le long du fjord. Plus exigeant physiquement et techniquement. Il y a un stress palpable à s'aventurer dans ces couloirs de neige. Il faut être vigilants en permanence, garder la tête froide. Vincent est un bon partenaire à ce petit jeu, il ne laisse transparaitre aucun doute et me mets en confiance. Là-haut, la récompense est grande, nos yeux se perdent dans un paysage infini de montagnes vierges. Pas question de se relâcher, il reste la redescente qui est à prendre autant au sérieux que la montée. Au retour nous sommes attablés autour d'un ragoût du terroir dans une petite maison surchauffée. Tout collants de sueurs, les lèvres brûlées par le soleil, nous papotons pêche et cuisine avec nos hôtes, un couple âgé et leurs enfants venus passer les vacances de Pâques dans leur chalet. Ils surveillaient notre retour et nous ont invités à rentrer.

Épuisés d'évoluer dans le froid en permanence, nous acceptons l'hospitalité d'un couple d'enseignants du village, rencontrés lors de notre premier passage à Lyngseidet. Vincent est occupé à construire des tremplins dans le jardin pour apprendre aux enfants à sauter de plus en plus haut en snowboard pendant que je discute au chaud avec les parents qui s'arrachent discrètement les cheveux de voir leur progéniture défier les lois de l'apesanteur avec autant d'aisance. J'ai eu un peu peur qu'on nous mette à la porte mais en réalité tout le monde était ravis, les enfants les premiers bien sûr, contents d'avoir appris plein de nouvelles bêtises... C'est l'occasion pour nous de nous familiariser davantage avec le style de vie si enviable des norvégiens. L'accueil que nous offre cette famille est précieux et tout ces moments échangés sont plein de simplicité et de spontanéité.

Notre extravagance de petits français qui écoute du rock à l'ancienne et qui dorment dans un capharnaüm de mousquetons et de baudriers, de combinaisons et de nourriture lyophilisée semble raviver chez les gens que nous rencontrons un besoin viscéral d'insouciance et de liberté. Malgré le grand écart entre nos vies et les leurs, une sympathie, un lien se crée rapidement, comme si au fond, nous étions tous à la recherche de ces moments de magies à l'état brut.

Le mois d'avril sonne le début du redoux. Les températures passent brusquement la barre du zéro et malgré ce que l'on pourrait pensé, c'est tout sauf agréable. Le dégel amène l'humidité et le paysage se transforme. Les jours rallongent et accentuent le phénomène. Bientôt, plus de vingt heures de jour. Le printemps est peut-être bientôt là, à moins que ce ne soit une fausse alerte et qu'il ne se remette à neiger? C'est généralement la meilleure période pour les vagues. Il y a d'ailleurs de bonnes conditions qui s'annoncent, nous décidant à redescendre dans les Lofoten. L'excitation est à son maximum lorsque nous découvrons la droite d'Unstad dans ses plus beaux jours. 1m50 vert émeraude, creux et rapide avec des sections qui s'enchainent. Nos souhaits sont exhaucés. Les sessions s'enchaînent pendant plusieurs jours et la combinaison mouillée n'est plus un problème, nous sommes au bon endroit au bon moment, le fruit de notre quête. La gauche ne marche pas et entretient donc le mythe, elle n'aura pas son jour de gloire avec nous! Mais peu importe, la droite est consistante et elle supporte bien le vent. Les locaux sont peu nombreux mais super motivés et une relation amicale se lie rapidement ente nous. Ils nous assurent que nous avons eu la plus belle fenêtre de l'hiver. C'est agréable de ne pas entendre le classique « vous auriez dû être là hier ». On surfe tous ensemble, on se motive, on s'encourage. Les soirées continuent chez eux, au chaud, à parler et à rigoler comme à la maison. Quand on part, il y a un pincement au ventre, peut-être que cette fois-ci, on laissera davantage que juste des traces de pas.

Sur le voyage du retour, caché à l'arrière du camion pour ne pas payer le ferry, le budget étant sérieusement dépassé, Vincent rêve à nouveau de son héros. Ils ont rendez-vous à Oslo. Rêve ou réalité? Celui-là n'a pas peur de bouleverser la hiérarchie, nous rencontrerons Borge Ousland dans le port d'Oslo et qui sait, peut-être partira-t-il en bateau avec lui autour du pôle Nord? Les rêves partent de rien et gagnent à être traduits dans la réalité. Une seule vie. Des millions de possibilités. Oser.

Vincent