• Rainbow land.

 Rainbow land. Gisbrone city is this kind of charming place that could delay your plans. That's what happened to me in the last few weeks. Settled in Wainui beach, by my friend's house right on the beach, in front of the spot. Gisborne area is often off-shore and receives strong easterly swell in the winter. Quality breaks are all along the coast, from Makarori to Pipe. Both reefs and beachs breaks, there is a wave for every taste, but you'll like it even more if you're looking for hollow rides. One of them is a left handers breaking along the tinny little island at the north end of Gisborne's bay. The paddle-and-walk-mission is worth it but It happens often that the quality beach break of Wainui stops me on the way! In between the surf, we share awesome time with Darnelle, Robson and David who welcome us, me and my French mate Florence with who I've been travelling for three weeks, in their easy going life. It's all about enjoying the moment and relax. As David says, the best surfing area in NZ is Gizzy (Gisborne's nickname) and the most consistent spot is the bank right in front of his house, so guess what, he's a happy man!!! Enjoying Gisborne area, you cannot miss East Woodhill Arboretum in this season. Red colours of autumn suit perfectly centenarian trees from all around the world. Gold leaves lied on the path were gently touching my bared feet and birds were singing an awesome joyful song. It was a perfect moment for my mind to jump into its dreams. Mahia Peninsula, an hour south of Gisborne, has got a large choice of rocky and sandy breaks for all sorts of swell and wind. Even if I got unlucky with the conditions, I had a great time. I met a strange wild dolphin, called Moko, which comes in the bay everyday to swim and play with the people. I have been back to childhood for a few minutes while this huge animal was swimming around me, impressed and surprised it could be real. Let's go on a ten days road trip in the Coromandel, north of the Bay of Plenty. Renown for the epic left hander breaking on over two hundred meters at the entrance of Whangamata estuary. The peninsula has got hips of charming beaches which offers great surfing possibilities and as many holidays home. In this recession time, lots of them are for sale and it seems that all the town is on the real estate market! I especially remember Tairua and Opoutere beaches which offered amazing sessions and translucent green barrels with only a few mates to share with. The swell brought us all the way through to Raglan. After a couple of unfortunate days, we got that kind of days that are really worth the journey! A six foot peeling wall at Manu Bay, and bigger on Indies. It's a bit crowded but there are enough waves for everyone. As wonderful as short, massive westerlies welcomes us to the winter. Strong winds, showers and huge swell, let's rest and shift on a city time in Hamilton. Cultural experience around student life with my Gizzys friends : graduation with hat and dress for Robson, parties, shopping down town, rugby games in the stadium and lots of laugh. Winter time shows up. Warmer clothes and thicker wetsuit get necessary. Fortunately winter also offers wonderful scenes of lights and weather curiosity. Rainbows are everywhere, huge, often doubles, so colourful that we could think it's a Photoshop creation. And sometimes, you feel drops running along your skin while the sun is shinning... [gallery link="file" columns="4"] Version Française plus bas. Version Française Au pays des Arcs-en-Ciel. Gisborne est ce genre de petite ville qui combine tous les charmes à la fois, et où le voyage peut se sédentariser quelques semaines! C'est ce qui m'est arrivée ces derniers temps. Basée à Wainui beach chez mes amis, le spot est juste en face de la maison, et un escalier descend sur la plage ! Gisborne est très souvent off-shore durant l'hiver, et les houles d'est s'enchaînent. Il y a de nombreuses vagues tout du long de la côte, de Makarori à Pipe. Parmi eux, une gauche magnifique sur la minuscule île à l'entrée de la baie de Gisborne. Bien que la mission rame + marche en vaille la peine, je me l'épargne souvent pour les vagues tubulaires de Wainui qui sont tout aussi accueillantes. Entre les sessions, ce sont de précieux moments avec Darnelle, Robson et David qui nous accueillent dans leur petit coin de paradis, moi et Florence, une autre française rencontrée sur la route et avec qui j'ai partagé mon chemin pendant trois semaines. Parmi les curiosités de la région, l'East Woodhill Arboretum est un passage obligé en cette saison. Les couleurs de l'automne habillent des arbres centenaires venus du monde entier. Des sentiers balisés invitent à la rêverie, et mes pieds nus se régalent du tapis de feuilles dorées tombées au sol. La presqu'île de Mahia, à une heure au sud de Gisborne, possède des spots de qualité qui reçoivent la plupart des houles. Malheureusement, je n'ai pas eu trop de chance avec le swell! En revanche, il m'est arrivée une drôle d'expérience. Un curieux dauphin sauvage, nommé Moko, attire les touristes qui peuvent nager avec lui dans la baie! Pendant quelques minutes, je suis retournée en enfance, hébétée de voir cette grosse bestiole nager autour de moi! Pour quelques jours, direction le Coromandel, une péninsule située au nord de la Baie of Plenty. Connue pour la gauche de Whangamata qui déroule sur plus de 200m à l'entrée de l'estuaire. Mais il y a en réalité beaucoup de vagues, essentiellement des beach break, tout du long de la péninsule qui compte autant de petites plages paradisiaques que de maisons secondaires. En cette période de récession, les nombreux panneaux « à vendre » donnent l'impression que la ville entière est sur le marché immobilier! Nous avons eu d'excellentes vagues sur les plages de Tairua et d'Opoutere, avec des tubes translucides et juste quelques copains à l'eau. Le sweel nous invite ensuite à poursuite la route jusque Raglan, où après plusieurs jours malchanceux, de superbes vagues s'accordent enfin à déferler sur les reefs. Manu Bay sera le spot de la journée, une de ces journées qui valent le voyage. Des gauches interminables, des murs d'1m50 verts et lisses. Du monde à l'eau, mais suffisamment de vagues. Ces sessions extraordinaires sont éphémères et un front d'ouest prend la relève, affichant sa volonté de faire régner l'hiver. Pluie, vent et énorme houle, le temps est au repos. Direction Hamilton pour un petit séjour culturelle au cœur de la vie étudiante avec ma petite famille de Gisborne que je ne quitte plus: « graduation » à l'américaine pour Robson, soirées bien arrosées, shopping, match de rugby au stade et fous-rires. C'est une page différente, un peu plus urbaine, mais tout aussi amusante. L'hiver pointe le bout de son nez. Les températures commencent à sérieusement chuter et les averses à se faire de plus en plus fréquentes. Et avec elles, je découvre la magie éphémère des arcs-en-ciel. Ils sont partout, énormes, souvent doubles, tellement intenses qu'on croirait un montage photo! Il y a aussi des gouttes de pluie qui s'invitent alors que le soleil brille, et on ne sait pas d'où elles viennent...