• “Sweet as” in New Zealand. Léa Brassy’s new diary.

“Sweet as” in New Zealand. Léa Brassy’s new diary. Léa's back in NZ !

All pictures are below the text ;)

English version: (see French version below also !)

“ Once you’ve experienced New Zealand, it’s for your lifetime” is what have been told on my previous journey. That may explain how I got in the land of the long white cloud, again! Well, let me tell you the deal: two really good friends, “the flying avocado” van, in summer time and all around both islands… what else would you need? Maybe some luck for waves, weather and meetings, let see what happens!

I already told you about Gisborne, the East Coast and its sweetest lifestyle. Well, that’s even better with the warmth. Me and Claire, my mate who I’m travelling with, are welcomed by my friends from Wainui. Happy meetings by a clear night of spring, with shiny stars and an unbelievable milky way. Catching up with this atmosphere is like a huge breath for both of us. First morning, Moko, a wild “a little autistic” dolphin shows up in front of Dave’s dark blue house and turns around, waiting for somebody to play with. We jump in our wetsuits to join him and touch this universal dream of swimming with a dolphin! This cheeky friend will be around for the following days, surfing with us, trying to steal my board as it’s really colorful. By a lucky hazard I try to grab his fin, and guess what, I got it and went for a ride on Moko’s back! I tell you, I’ll never forget that!

Time to catch up with friends and prepare the van is over, let’s go to the wild South Island. First stop is at the top, to tramp on  Abel Tasman National Park. 53 km in three days along deserted white sand beaches and thick native bush. That’s sort of a “crash test” when you go travelling with one of your best mate! Successful, Claire is having the best time ever. Intense and magnificent.
Our plans are as shifty as the weather around here which means a lot! Showers of rain in the morning and burning sun a couple of hours later is not big deal. We’ll do a loop in the South Island starting by the west side to south shore then east coast. I don’t expect much more of the west coast than a couple of little town lost on a rough coastline, continuously whipped out by strong swells and unbearable winds. Well, maybe in winter, but today that is an awesome peaceful coastline surrounded by a green as native forest on high hills falling straight in the Tasman sea in between which numbers of river end in the salt water. Sand is light grey. You could imagine many stories taking place in these unreal sceneries. In a corner, a penguin on road sign and a couple of locals in the water. They are having a little surf on their home spot, a rocky peak with both left and right options. I join them for a surf, happy as to meet with my passion in this amazing area, and meet friendly people telling me about what you never ask but would like to know: all the spots around! “We are only a handful to surf all year around” one of them tell me, and I understand how they could be so welcoming.

Further south I experience my first glacier, only 300m high from the sea level, which is ridiculously low compared to any other one. It’s so rainy in the morning that we have to dress up as giant plastic bags to keep ourselves a little drier! It clears up to a sunny warm afternoon that we spend enjoying the rainforest, the same as the one everyone remembers in “lord of the ring” movie. Mythical. It’s one of the last primitive forest in the world, still the same as the one dinausors knew. At night, we stay in a lonely fishing harbor, Jackson bay, at the south end of the coast. You can’t drive further south, after is the Fiordland and its mysterious sceneries. From there, we could see snowy tops of the Southern Alpes. Crayfish pots were all over the place, as much as sand flies were, and believe me, they were absolutely everywhere! In the morning,  a bank of Hector’s dolphin come around for a breaky in the bay and we can observe their tiny back fin and silver grey color. Absolutely standing.

By a road known as NZ’s nicest, we reach to the other side of the Southern Alpes, in the Fiordland. A nice swim in a surprisingly warm lake is highly appreciated after this long drive. World famous Milford Sounds are the “must do” when travelling in NZ. Booked till next April, the walk’s also the busiest  touristic activity. That’s  a dream, but I can deal with it, I’ll just need another trip in NZ! A little drive down south and the crowd is gone. It’s is not as cold as would have thought. Several other little road bring you on smaller lakes were you can have a peaceful outlooking on snowy tops and turquoise blue lakes.

Time to get to the south coast. I can’t wait to see what does it look like. It seems like a southerly swell just arrived on the Island and I wanna see what the surf’s like. Well, I know  it’s freezing cold and seals are everywhere but I’m sure  it’s worth it. By a rainy grey evening, the quiet Colac bay offers an awesome glassy  4 footer sand bank by the end of the road. Locals are on it! I haven’t expected that at all and even if it’s a bit chilly (booties would have been sweet), it’s bloody good! Claire laugh at me when she sees how happy I am. Quality waves are so fickle in summer, the guys had been waiting for that swell for weeks. I enjoy the surf till dark which only happens around 10pm around here. Further south you go, longer is the daylight. 16 hours around Invercargill, at the bottom of the South Island.

In a couple of days we’re gonna be on Rakiura, Stewart Island, for a walk around to experience its wilderness and observe its marine life. Hopefully we’ll meet one of the endemic kiwi bird that live also on the beach. I can’t wait to tell you other stories. “Sweet as” as kiwi say.



Version Française

« Si tu aimes la Nouvelle-Zélande, c’est pour toujours », c’est ce que l’on m’a dit lors de mon premier voyage. Voilà peut-être une explication au fait que je me retrouve à nouveau au pays du long nuage blanc. L’histoire commence comme cela : deux très bonnes amies, mon van (surnommé « l’avocat volant »), le temps d’un été tout autour des deux îles de la Nouvelle-Zélande… que nous faut-il de plus ? Disons un peu de chance avec les vagues, le temps et les rencontres. Alors laissez-moi vous raconter tout cela !

Je me répèterais si je vous parlais du style de vie si agréable des habitants de Gisborne. Juste un mot alors, c’est encore mieux avec la douceur du printemps. Ma copine Claire et moi sommes accueillies chez mes amis à Wainui. Retrouvailles joyeuses  par une lumineuse nuit, étoiles scintillantes et voie lactée dégagée. Se retrouver dans cette atmosphère est une aubaine pour nous deux. Le premier matin, Moko, un dauphin sauvage au comportement un brin « autistique » attend devant la maison bleu foncé de Dave que quelqu’un vienne jouer avec lui. En deux minutes nous sommes dans l’eau pour vivre le rêve universel de nager avec un dauphin sauvage. Ce coquin sera dans les alentours pendant plusieurs jours, essayant de me piquer ma planche car elle est très colorée. Par un heureux hasard alors que j’essayais d’attraper on aileron, devinez quoi, j’ai réussi à m’y accrocher et je me suis offert un petit tour sur le dos de Moko. Je vous garantis que je ne l’oublierais jamais !

Le temps des retrouvailles et de préparer le camion est terminé, direction la sauvage île du Sud. Première étape tout au nord pour randonner dans le parc national d’Abel Tasman. 53km en trois jours le long de plages de sable blanc et dans la forêt native. C’est une sorte de test pour notre duo. Epreuve réussie, Claire est aux anges. Intense et magnifique.

Nos plans sont aussi changeant que le temps par ici, ce qui n’est pas peu dire! Une pluie torrentielle le matin chassée par un soleil brûlant deux heures plus tard est assez fréquent. Nous allons faire une boucle d’ouest en est et du nord au sud autour de l’île du Sud. Je m’imagine la côte ouest avec quelques petites villes perdues sur une rive sauvage ravagée par les houles et les vents. Et bien peut-être est-ce ainsi en hiver, mais pour l’instant, c’est une côte paisible, splendide, surplombée par de hautes collines de végétation native verdoyantes tombant presque à pic dans la mer de Tasman et entre lesquelles de nombreuses rivières se déversent dans l’eau salée. Le sable est gris clair. On pourrait imaginer plein d’histoires se déroulant dans ce paysage irréel. Dans un virage, un panneau prévenant de la présence de pingouins et deux têtes noires dans l’eau. Des locaux surfent des petites vagues propres sur le spot en face de chez eux, un pic droite gauche sur fond de roche. Je les rejoins sans tarder, heureuse de retrouver ma passion dans ce cadre hors du commun et de rencontrer des gens adorables qui d’entrée de jeu me raconte ce que j’aurai aimé savoir sans oser le demander : les spots alentours. « Nous sommes seulement une poignée à surfer là tout au long de l’année » me dis l’un d’entre eux, et je comprends mieux pourquoi ils sont si accueillants.

Plus au sud, je découvre mon premier glacier. Celui-ci n’est qu’à 300m au dessus du niveau de la mer, ce qui est très bas comparé à n’importe quel autre. Il pleut tellement ce matin que nous nous habillons en sacs plastiques géants pour essayer d’être moins trempée ! L’après-midi, au contraire, est chaud et ensoleillé, nous permettant de nous émerveiller dans la forêt humide, celle dont tout le monde se rappelle dans le film « le seigneur de anneaux ». Mythique, elle existait déjà au temps des dinosaures, c’est l’une des seules forêts primitives au monde. Ce soir là, nous avons dormi dans un port de pêcheur isolé au bout d’une route sans issue. Au sud, le Fiordland et ses paysages mystérieux. Plus de route, plus de chemin, le bateau ou l’hélicoptère. Du port, les sommets enneigées des Alpes du Sud. Des casiers à langouste partout, tout comme les sandflies, petits insectes autochtones, volants, piquants, dégoutants qui s’invitent partout où on ne les invite pas. Au petit matin, un banc de dauphins d’Hector prenant leur petit-déjeuner dans la baie, nous régalent du spectacle de leur tout petit aileron arrondi ondulant élégamment dans les vagues et de leur couleur gris argenté reflétant la lumière crue des montagnes.

Par une route connue comme la plus belle du pays, nous atteignons l’autre côté des Alpes du Sud, dans la région du Fiordland. Un bain dans un lac étonnement doux est très apprécié pendant cette longue route. Le mondialement connu Milford Sound est une étape obligée pour tout voyageur qui se respecte. La randonnée est cependant réservée jusqu’en avril prochain. Dommage car il s’agit de l’un de mes rêves de baroudeuse, il me faudra donc revenir en Nouvelle-Zélande ! Encore un peu de route nous écarte du flux touristique. Pas si froid que l’idée qu’on s’en fait. Plein de petits chemins amènent à des lacs plus petits avec des vues imprenables sur leurs eaux turquoises et les sommets enneigés.

Il est temps pour nous de rejoindre la côte sud. J’ai hâte de voir à quoi elle ressemble d’autant plus qu’un front de sud est en train de rentrer. J’imagine l’eau glaciale et les phoques un peu partout mais je suis certaine que le surf est de qualité. Par une après-midi grise et pluvieuse, la paisible baie de Colac offre, au bout de la route, une magnifique banc de sable où déroulent des vagues d’1m20 lisses comme un miroir. Les quelques locaux sont à l’œuvre. Je n’imaginais pas d’aussi jolies vagues et malgré le froid qui aurait mérité de porter des chaussons, c’est un régal. Claire se moque de moi et de mon sourire béat. J’ai tellement de chance de trouver des bonnes vagues en cette période, les locaux attendaient cette houle depuis plusieurs semaines ! J’en profite jusqu’à la nuit qui n’arrive ici que vers 22 heures. Plus l’on va au sud, plus les jours sont longs. 16 heures à Invercargill, tout au sud de l’île du Sud.

Bientôt nous serons à Rakiura, Stewart Island, pour une randonnée insulaire. Peut-être aurons-nous la chance d’observer, outre la faune marine, le kiwi endémique de Rakiura qui passe beaucoup de temps sur la plage. J’ai hâte de vous raconter tout cela. « Sweet as » (Génial) comme disent les kiwis.

Wainui family